Environment

Culture du chanvre : la polyvalence de sa fibre

Culture du chanvre : la polyvalence de sa fibre
Linkedin

Le chanvre biologique voit ses utilités se multiplier depuis que les transformateurs convoitent cette plante pour sa fibre afin de produire du textile, de l’isolant, ou des matériaux de construction.

Le but de la culture de la fibre de chanvre? La transformer afin de produire une fibre canadienne écologique. Aucun pesticide et peu d’eau sont nécessaires pour cultiver le chanvre, d’où l’aspect plus écologique que le coton.

Culture et transformation en tout genre

Olivier Milot, actionnaire de la ferme Taillon, de Saint-Prime, ne récoltera pas que des graines cette année : la fibre fera aussi partie de sa récolte, qui sera vendue ensuite à Agrofibres, une entreprise qui œuvre dans la transformation du chanvre.

Et ce sont 40 tonnes de fibres de chanvre qu’Olivier Lalonde, agronome responsable du développement de la production et de l’approvisionnement pour Agrofibres achètera de la ferme Taillon, sur un total de 1000 tonnes à l’échelle commerciale pour cette première année de transformation. La quantité totale qu’ils obtiendront est un peu plus petite que les 1700 tonnes désirées, notamment dû à la sécheresse et aux difficultés techniques de la récolte.

Agrofibres s’occupera de défibrer le chanvre et passera le témoin à des entreprises de raffinement comme Eko-Terre; celle-ci compte notamment ouvrir une usine dans les prochains mois afin de cotonniser ladite fibre de chanvre et ainsi de la rendre malléable pour les machines de production de vêtements en Amérique du Nord.

La compagnie Nature Fibres à Asbestos, transforme aussi le chanvre pour produire des isolants écologiques. L’entreprise montréalaise Isofib utilise la chènevotte, la partie fibreuse du chanvre, afin de produire un isolant. La compagnie Artcan, de Shefford, utilise cette même partie fibreuse pour la construction de dalles, de murs et de toitures des maisons écologiques.